mercredi 12 juillet 2017

Merci Bercy

Savez-vous qui a fait le plus de mal aux armées depuis la fin de la guerre froide ? L’armée irakienne ? Les Taliban ? Al-Qaïda ? Al-Mourabitoune ? L’Etat islamique ? Non, ce ne sont là de petits joueurs. Les organisations qui ont, et de très loin, réduit le plus nos capacités militaires s’appellent le Parti des petits boutiquiers politiques et le Groupe des hauts-fonctionnaires de Bercy, les seconds servant de bras armé aux premiers…à moins que ce ne soit l’inverse tant les fonctionnaires des finances sont puissants.

A force de « dividendes de la paix », de commandes repoussées ou allégées, de gels budgétaires, d’opérations extérieures sous-financées (il faudra qu’on m’explique comment on peut prévoir 450 millions d’euros pour financer quelque chose qui en coûte en moyenne un milliard depuis 27 ans), de maintien en service de matériels anciens, de petits bouts de chandelles grattés à droite et à gauche (au sens politique) on parvient effectivement à faire fondre les armées bien plus vite que n’importe quel ennemi, voire de tous nos ennemis réunis.

Bravo donc à Bercy et aux petits minables qui ont réussi par leur action permanente à ce qu’on divise par trois le  « contrat opérationnel majeur » (en gros la « mobilisation générale ») en seulement vingt-cinq ans, sans même parler de toute idée de « remontée en puissance » purement et simplement sacrifiée. Merci d’avoir ramené l’armée de terre au niveau de l’armée d’armistice en 1940 sans avoir même eu à déployer un Panzer. Félicitations pour avoir réussi, malgré un Florange par mois et l’effondrement du volume des équipements, à repousser toujours la même « bosse » de 40 milliards d’euros à trouver pour simplement payer tout ce qui a été commandé dans les années 1990. Merci encore et enfin de nous obliger de plus en plus à faire appel aux autres et plus particulièrement aux Américains pour compenser ce que nous ne pouvons plus faire à grande échelle et sur la durée comme le transport aérien stratégique ou le ravitaillement en vol.

Saluons donc cette nouvelle offensive d’été de Bercy et l’empressement des bons élèves. Le changement de pouvoir et le remplacement d’un ministre-politique lourd (entendez « dont la menace de démission a un effet ») par une gestionnaire sans connaissance ni appétence particulière pour les armées n’y est certainement pas pour rien. Il paraît qu'elle connaît les arcanes budgétaires de Bercy, nous verrons si cela induira résistance ou complicité. Cette offensive aurait cependant pu être plus discrète tant est grand le décalage avec la posture, les gestes, les déplacements, les discours, sans même parler du programme de campagne du Président de la République mais tout est tellement prévisible parmi ceux qui s’acharnent sur les ministères régaliens (dont on rappellera qu’ils ne représentent que 2,8 % du PIB pour une dépense publique totale de 56 %).

Quitte à parler de guerre, on aurait aimé entendre Mr Darmanin parler de celle qui serait menée impitoyablement contre les fraudeurs en tous genres et particulièrement les énormes, ceux qui représentent au moins 60 milliards d’euros de recettes en moins (au passage, où en sommes-nous du traitement des Panama Papers et du châtiment des voleurs ?). On aimerait savoir pourquoi chaque année 30 milliards d’euros (soit presque le budget de la défense) sont donnés à des étrangers en remboursement d’intérêts de dettes alors qu’ils pourraient l’être à des Français (vous savez ce système d’emprunts qui permet à l’Etat de financer des investissements majeurs puis à soutenir la consommation intérieure en les remboursant). On aurait aimé entendre parler aussi du fameux plan de 50 milliards d’euros d’investissements du programme de campagne. En en consacrant une partie à la défense, cela permettre peut-être de sortir enfin de la spirale de crise qui affecte les armées depuis vingt-cinq ans tout en jouant sur une industrie de haute-technologie peu délocalisable et dont les effets bénéficierait à toute la société y compris aux finances publique (car et c’est là où la politique à la petite semaine est la plus stupide : un euro investi dans les armées est celui qui in fine ramène le plus de recettes). Au passage, on aimerait enfin avoir un jour un petit historique des sacrifices consentis par le ministère des finances sur l’autel de l’étouffement des moyens de l’Etat.

En mai 2014, face à l’offensive du moment (qui consistait simplement à faire en sorte qu’on ne respecte pas la loi qui venait juste d’être votée) le ministre de la défense et les chefs d’état-major avaient menacé de démissionner. L’attaque était alors pourtant moins forte dans ses conséquences que l’actuelle car nous ne nous y trompons pas, Mr Damarnin est le Gamelin d’un nouveau « mai 1940 », l’occupation en moins, et il faut arrêter très vite cette folie. 

45 commentaires:

  1. Pas mieux. Les Armées (et la Police) sont devenus des variables d'ajustement pour ne pas fâcher les autres fonctionnaires. Comme Dessertine a dit hier soir dans C dans l'Air, dès que l'on parle de réduction des fonctionnaires on insinue que l'on veut réduire le corps médical ou de l'Education Nationale. Au fait, pour 54 mio d'euros, quelle est l'efficience (réelle) de l'Education Nationale vu que l'on fait appel à l'armée pour remédier des lacunes (SMV, SMA, détection de l'illétrisme, ...) ? La raison est simple : il est plus simple (moindre coût électoral) les armées que l'administration des plus de 39'000 collectivités territoriales.
    Pour information : Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a 183 parlementaires ; n'est-ce pas trop? Le Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes en a 204 (vs 47 pour le conseil régional d'Auvergne et 156 pour le conseil régional de Rhône-Alpes, soit un total de 203!!!) Pas besoin de commentaires!

    RépondreSupprimer
  2. bonjour ,j'ai énormément de mal à comprendre commnent des gens dit intelligents et considérés comme tels par la vox populi de par leurs diplômes et autres accessoires , sont dans l'incapacité de chercher pour analyser le fruit de ces recherches et se rendre compte que ce qui arrive aux armées , avec leur budget est voulu,tout comme l'arrivée des clandestins,tout comme la casse des valeurs qui ont fait la nation et la France en général et la liste est si longue qu'il faudrait plusieurs tomes pour être exhaustif.Le ministre des armées est le choix d'un hologramme "costarisé" ,un rastignac oedipien , lui même totalement manipulé,c'est très clair , nous allons vers un ersatz d'armée européenne du genre eurogendfor chère a Michèle Alliot Marie manoeuvrée par l'Otan (le machin du discours Gaullien de Nantes en son temps )qui n'a rien ,mais strictement rien à voir avec les intérets du pays,la baisse du budget de l'armée s'inscrit dans cette perspective,il est vrai que l'on ne voit que la goutte qui fait déborder le vase!! Bien cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce à quoi je pensais et que je redoutais !!
      Merci d'avoir exprimé votre pensée et de nous avoir "éclairé"

      Marienuage3

      Supprimer
  3. Bonsoir,

    Salutaire billet. J'ai cru comprendre que le CEMA avait poussé un coup de gueule et qu'il ne comptait pas en rester là. Y aurait-il de la démission en l'air? Notons au passage que les deux ministères les plus impactés par ces mesures sont ceux qui ont le plus besoin d'argent: la Défense et la Justice avec respectivement 850 millions et 160 millions d'euros. Ceux que les armées ennemies n'ont pu réussir, Bercy l'a fait. Il faudrait au minimum dix ans d'efforts constants et soutenus pour effacer les conséquences des trente dernieres années en matière budgétaire. Autant dire qu'on peut aller à la pêche. Je ne crois absolument pas qu'on arrivera à ces fameux 2%. Déjà, l'annoncer pour 2025 relève du foutage de gueule le plus complet tant il est clair que la situation économique ne pourra s'améliorer. La méthode Couhet n'a jamais rien réglé. Quant au nouveau ministre, tout son parcours montre qu'il n'a pas été mis en place pour arbitrer en faveur des armées. L'avenir s'annonce en la matière des plus sombres.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  4. Votre légitime colère, d'autant plus serrée qu'elle se sent impuissante devant tant d'inconsequence décomplexée vous à fait faite plusieurs coquilles
    -Bravo à donc à
    -action permenante
    -ce que nous pouvons plus faire à
    -car nous nous y trompons pas,
    Respectueusement

    RépondreSupprimer
  5. Le parallèle avec mai 40 est tout à fait justifié, mais je serai tenté d’aller plus loin que vous mon colonel : nous sommes déjà sous occupation ! Celle des traités européens qui nous imposent des règles budgétaires ineptes, avec pour effet direct le démantèlement de notre état-nation, et accessoirement du vivre-ensemble et de la paix sociale.
    Ce que la novlangue gouvernementale appelle 'rigueur’ ou ‘économie’ n’est rien d’autre que le transfert de la richesse collective dans les poches de quelques-uns. Le terme de 'pragmatisme' n'étant lui qu'un camouflage du mot 'collaboration' !

    La dette comme instrument de servage étendue à l’échelle d’une nation entière…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord sauf que la dette est l'instrument du servage des nations pas simplement de la notre,(cela n'aurait aucun intéret pour la finance internationale)

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord, la précision est d'importance.

      Supprimer
    3. Par contre nous aurons les JO. 6Mi€, hors dépassement de budgets, soit 6 ans d'opex, un peu plus que le mandat de M.Macron. Pour les retombées, elles sont déficitaires depuis plus de 40 ans, et Paris n'a pas besoin de touristes en plus.

      Supprimer
  6. Aux yeux des inspecteurs des Finances, les militaires, catégorie "improductive", sont d'insupportables gaspilleurs.
    [...]
    A quelle catégorie de Français a-t-on jamais demandé une telle polyvalence, une telle flexibilité, une telle disponibilité ?

    Jean Planchais
    Le malaise de l'armée
    Février 1958

    RépondreSupprimer
  7. J'écrivais le 15 mai dernier le commentaire suivant dans le figaro à propos des "gestes" du Président de la République à l'égard de la Défense:
    " Nombreux sont les politiques, leurs conseillers et les journalistes à penser que les militaires sont des gens simples qui apprécient avant tout les symboles et les gestes de reconnaissance à leur égard. "Tirez-leur affectueusement l'oreille et ils se tairont"...
    Le nouveau Président a certes eu raison de faire les gestes qu'il a fait en direction des armées, mais espérons que ce ne soit pas là sa seule manifestation d'intérêt pour le monde de la Défense. Celui-ci l'attend en effet sur la refonte du livre blanc, le budget, la place de la hiérarchie en tenue dans le fonctionnement du Ministère, l'OTAN et les équipements."
    Nous y voilà donc...peut-on espérer encore un arbitrage qui viendrait redonner de la cohérence et de la crédibilité au discours des Politiques?

    RépondreSupprimer
  8. bonsoir ,oui on a bien du mal à comprendre ou veut en venir ce gouvernement dans sa politique de défense comme d'ailleurs à l’intérieur et la justice ,mais non, on n' a jamais eu de capacités logistique longue distance ou de ravitaillement convenable dans notre pays , et dans les années 90 certains auraient du réfléchir un peu plus avant de commander en masse des équipements ultra modernes en nombre ,car on se demande bien quel budget on aurait du avoir pour que cette liste de noël soit un jour opérationnelle et pas juste bonne à sortir le 14 juillet . Le budget c'est une chose ,le gérer convenablement c'est bien aussi ,encore faut il avoir une politique à peu près claire ,bref c'est toujours pas gagné dans notre pays qui n'est pas à un paradoxe près .Mais ,franchement quand j'entends les larmes de crocodiles actuelles sur ces 850 millions je me dit que certains ont loupé le film depuis un bon moment .Rendez vous au budget de cet automne et aux résultats de la petite revue en cours ,on sera peut être un peu plus fixé ,là c'est trop tôt et ce n'est pas les annonces faites avec l’Allemagne aujourd'hui qui aident à dissiper le brouillard .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher. Pour les leçons de gestion budgétaire vous repasserez. Le budget militaire à diminué sans discontinué en pourcentage du PIB de^puis 30 ans mais l'endettement de la France a explosé. ce n'est plus sur le militaire qu'il faut faire des économies. Puisque notre cher président peut s'autoriser ne pas respecter une des ses promesses de campagne (augementer le budget de la Défense) pourquoi ne le fait-il pas sur ses autres promesses (taxe habitation ISF,...)? Quand au projet d'avion Franco-allemand c'est de la flûte. Les Allemands le veulent pour 2025. Les Français pas avant 2030. le ministère du Budget a toujours été irresponsable en matière de défense et le politique peu courageux fasse à ce ministère tout occupé qu'il était à faire des promesses électoralistes sur d'autre sujets.

      Supprimer
    2. Bonjour,si vous êtes militaire (mais c'est aussi valable dans le civil) et que vous pensez que le problemme de l’efficacité de notre défense est juste un problemme de PIB qui descend ,je vous conseillerai d 'approfondir un peu le sujet avant d'essayer de faire également vos leçons.Quand au reste de votre propos ,vous mélangez un peu tout.

      Supprimer
  9. Non seulement notre Président "jupiter" confirme il y a quelques heures cette annulation de 850 million d'euros, mais se permet publiquement de tancer et menacer le CEMA ainsi que tous ceux ayant osés contester cette mesure. Bien évidemment avant ces paroles il avait tressé de multiples louanges à nos militaires, si certains encore doutaient de sa duplicité -n'ayant d'égale que sa conception monarchique du pouvoir- masquée habilement par ses postures et discours !

    Notre jupiter d'opérette depuis qu'il a donné l'impression de tenir la "dragée haute" à Poutine, et ce jour parler d'égal à égal à Trump, un CEMA n'est pour lui qu'un serviteur ne méritant aucune considération : la valetaille n'a qu'a bien se tenir avec lui ! Ce n'est pas les ectoplasmes qui lui doivent leurs postes de ministres, et députés qui risquent de protester même à voix basse.

    Bien sur il promet pour 2018 un augmentation du budget de la Défense, mais qui peut croire un tel imposteur ? En 2018 les motifs ne manqueront pas pour justifier la non tenu de cette promesse : jeux olympiques à Paris, chasseur du futur avec l'Allemagne, etc...... On en viendra à regretter le duo Hollande - Le Drian !

    RépondreSupprimer
  10. http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/emmanuel-macron-met-bourre-pif-chef-d-etat-major-armees-130994?utm_source=facebook

    Hallucinant !

    RépondreSupprimer
  11. On donne une promotion à la présidente du syndicat de la magistrature qui se fout de la gueule des français et on se permet de tancer en direct le CEMA et les armées qui les défendent et qui demandent simplement Les moyens pour le faire!
    Trom Xua Snoc

    RépondreSupprimer
  12. Erreur ce n'est pas de 850 millions mais de 1,4 milliard d'euros, que seront diminues en 2007 les crédits de la Défense !
    https://www.marianne.net/economie/budget-florence-parly-voici-pourquoi-ministre-armées-rendez-vous-urgence-edouard-philippe

    En bon rallié de la dernière heure Gérald Darmanin, il va quasi au delà des demandes de son nouveau maître ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la foi des convertis....

      Supprimer
  13. Si le "Parti des petits boutiquiers politiques" et le "Groupe des hauts-fonctionnaires de Bercy" sont les véritables ennemis, alors il convient de mieux les connaître. Le budget de la défense trinque à chaque fois mais jamais aucune explication détaillée n'est donnée, ni en ce qui concerne les motivations, ni en ce qui concerne ceux qui proposent cette solution clef en main aux politiques. Faites sortir de l'ombre ces aspects, si vous voulez bien les combattre. Par ailleurs la hausse de 1.7 à 2% du PIB va être absorbée par le nouveau SN. Cela en dit long sur ce qui se profile pour notre capacité nucléaire et les autres programmes d'équipements majeurs, et bien sûr, cela révèle les convictions profondes du Président (et de la classe politico-administrative) vis-à-vis de la situation internationale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec vous sauf sur les prétendues convictions de Micron,il marche au pas ...de ses maîtres,Sorros et consorts le deep state Us,la France n'a plus de politique ,ni intérieure ,ni étrangère, l'aéropage qui gouverne est la commission européenne, avec les lois européennes que l'on nous impose et le reste va avec ,plus de souveraineté, rien

      Supprimer
  14. Il y a une solution : une opération escargot à base de chars Leclerc sur le périphérique parisien. Ca aurait de la gueule !

    Et je ne vois vraiment pas pourquoi ce qui fonctionne pour les taxis ne fonctionnerait pas pour les militaires. :-)

    RépondreSupprimer
  15. macron a montré sa nature: autoritarisme version dictateur.
    sa sortie envers le CEMA est lamentable et souligne sa faiblesse et sa peur.
    on est vraiment mal parti... il vient de débuter.

    RépondreSupprimer
  16. Les puissances d'argent(finance internationale et patrons des multinationales) qui ont manigancé la création de Macron et ont réussi à en faire un Président de la République, considèrent les militaires comme des inutiles couteux et des demeurés intellectuels.Donc une fois de plus , on a eu recours sans honte à considérer la Défense comme variable d'ajustement.Il faut avoir un Q.I.particulèrement defficient pour faire les coupes sombres dans les ministères régaliens dont la France aujourd'hui a le plus besoin :Armées, Intérieur, Justice.
    Quant aux promesses du président Macron dans sondiscours du 13 juillet, elles n'engage que ceux qui lles croient. Jamais, comme d'habitude , nous ne verrons la couleur des billets. Il y aura toujours une excuse. Je vous en livre quelques unes:l'hiver a été rigoureux et les migrants mourraient de froid dans lla rue, ou bien, le cours du pétrole a augment alors qu'on ne s'y attendait pas, ou encore le taux de l'argent qu'on emprunte sur le marché international a augmenté et plombé notre dette, etc...C'est la continuation de dizaines d'année de foutage de gueule !

    RépondreSupprimer
  17. Qu'attendre par exemple des 3 potiches varoises (godillots - pots de fleurs - rayez les mentions inutiles)députées LREM siégeant à la commission de la défense (alors qu'on a affaire à deux profs de lycée techno et une infirmière libérale), alors qu'une capitaine d'active, Laetitia Saint-Paul, a été élue mais siège à la commission des AE.
    Qu'attendre également d'un président qui s'est fait (ou continue à se faire) conseiller en matière de défense par un étoilé au passé et à la fin de carrière ambigus (ah, ces casseroles new-yorkaises) , mais spécialiste des plateaux télé et radio?
    le dracénois

    RépondreSupprimer
  18. Il me semble que le moment est venu que les militaires cessent (que nous cessions) de faire les bons élèves.En particulier nous devrions cesser de faire la moindre heure supplémentaire dans ce contexte. Nous sommes payés avec un lance-pierres, nous faisons parfois 3 heures de travail supplémentaire chaque jour. (Cette année par ex de nombreuses personnes à l'EMAT et ailleurs ont bossé de tres nombreuses heures supnpour l'étude 2÷.. quelle ironie...). Si le CEMA devait interdire jusqu'à nouvel ordre que l'on travaille en dehors des heures de service je l'obeirais volontiers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila une excellente proposition.

      Supprimer
    2. Bonjour Kostal,en effet une sorte de grève du zèle ,consistant a appliquer les règlements à la lettre pour commencer aurait un effet rapidement dévastateur;les dictatures ne tiennent qu'avec le concours de l'armée,sans bras séculier aux ordres la belle aventure finit net

      Supprimer
    3. je l'appliquerai volontiers cet ordre ........

      Supprimer
  19. Bonjour Janus 2a, oui en effet, les reductions budgetaires successives ont conduit beaucoup de monde à avoir 2 ou 3 casquettes (ne serait-ce que faire toute la partie administrative autrefois effectuée par des secrétariats). Cela reposait sur l'idée que chacun en ferait un petit peu plus, donc forcément en travaillant au delà des heures de service. Comme ça semble devoir s'empirer, montrons ce que nous pouvons faire au mieux pendant les heures pour lesquelles nous sommes payés. Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas, je pense aux personnels du monde médical, mais au moins, hormis en opérations travailler uniquement pendant les horaires normaux ne met la vie de personne en danger. Nous reprendrons nos vieilles habitudes du service sans compter quand le gouvernement aura cessé de se payer notre tête.

    RépondreSupprimer
  20. Il paraît qu'un ministre de la Défense a été nommé dans le nouveau gouvernement. Vous pouvez me dire son nom?

    RépondreSupprimer
  21. Le combat budgétaire suppose de saturer l'adversaire avec des bons arguments.

    Or, l'argument qui consiste à dire que ce budget a un effet multiplicateur ("un euro investi dans la défense") a été en partie contesté par des économistes sèrieux avec des stats à l'appui (voir James Galbraith, La Gde Crise). L'effet multiplicateur n'est pas totalement avéré. Les opérations américaines au début de la guerre en 2003 ont en effet boostée le PIB américain, mais cet effet s'est nettement ralentie par la suite et est meme devenu insignifiant (bien que les dépenses américaines ont été astronomiques, 800 Mds de dollars en Irak).
    En revanche, il est certains que les achats faits par l'Armée francaise soutiennent pas moins de 4000 entreprises et 165.000 emplois.



    RépondreSupprimer
  22. Un post d'humeur, mais des expressions comme "Mr Damarnin est le Gamelin d’un nouveau « mai 1940 »" qui rappelle que tout ce qui est excessif est insignifiant.
    On vous a connu mieux inspiré mon Colonel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison ce n'est pas Damarnin le général en chef. Vous travaillez à Bercy, cher Anonyme ?

      Supprimer
    2. Dans une administration financière tout au moins. Pour les sacrifices du ministère des Finances, les effectifs sont passés de 184 k en 96 à 139 k en 2017. Le réseau comptable (DGFiP) a réduit de plus de 1000 le nombre de ses implantions locales (sur 4 500).

      Supprimer
    3. Un anonyme va répondre à un autre anonyme... Je ne sais pas d'où viennent vos chiffres concernant les réductions d'effectifs du ministère des finances. Pour ma part, je me suis intéressé au documents budgétaires du site de la direction du budget (www.performance-publique.fr).
      J'en retiens qu'entre 2005 et 2016, les effectifs de la DGFiP (ou DGI+DGCP avant la fusion) ont réduit de 26 532 ETPT (soit 2 412/an) quand, sur la même période, la défense perdait 62 694 ETPT (soit 5 699/an). Et ce ne sont pas les baisses de la douane et de la répression des fraudes (environ 2 à 3 000 sur la période) qui changent la donne.
      Quant à la réduction du réseau comptable, il me semble qu'avec l'informatique, il n'est plus nécessairement besoin d'avoir une trésorerie publique dans chaque chef lieu de canton.
      Pour compléter le tableau, je pense qu'il ne faut oublier que 70% des personnels de la défense sont contractuels, ce qui est loin d'être le cas de Bercy.

      Ceci étant dit, je vais quand même défendre un peu Bercy...

      Mon colonel, je trouve votre article très bon et j'en partage le point de vue. Mais les fonctionnaires de Bercy ne portent pas autant de responsabilité que vous le laissez entendre... Certains, qui sont plus nombreux que les militaires le pensent, tentent en permanence de défendre la défense.

      Mais face à des politiques sans courage et absolument démagogues qui ne s'attaqueront jamais aux problèmes compliqués (éducation nationale, système social, niches fiscales, collectivités), arrive un moment où la mission de réduction des dépenses doit être remplie... ils se rabattent alors sur des solutions "faciles" que les politiques valideront sans peine... et reduire le budget de la défense est la première d'entre elles. Malheureusement.

      Voilà, ça n'enlève rien à la justesse de votre constat et aux dangers induits pour l'avenir, mais cela relativise le poids des fonctionnaires de Bercy. La responsabilité est bien celle de ministres, gauche comme droite, y compris En Marche !, qui n'ont d'autre intérêt que de ne pas être impopulaires pour ne pas perdre leur pot de miel...

      Et qui s'approprient très vite le langage spécieux des financiers : le budget de la défense ne baisse pas puisqu'il sera celui qui a été voté... Sauf qu'en ajoutant 850M€ de dépenses, ça change la donne. Mais ça, on oublie de le dire. N'oublions jamais que pour un ministre des finances, ralentir l'augmentation du déficit, c'est déjà le réduire...

      Supprimer
    4. Pour les sources : bilan social du Minefi 1996 / Projet de LPF pour 2017.
      Pur le réseau comptable : deux missions essentielles différentes : la première fiscale qui effectivement peut être largement centralisé (au niveau département, voire région) la seconde de gestion des collectivités locales qui au delà de ses aspects comptables purs comporte une sous mission de conseils auprès des élus et collectivités laquelle s'exerce dans un environnement juridique, fiscal et économique de plus en plus complexe. Enfin il ne fait pas oublier que Cour des comptes et Chambres régionales des comptes continuent dans leurs pratiques à juger les comptes comme au XIXeme siècle.
      Bien évidemment les conséquences pour les personnels n'ont strictement rien à voir avec les risques de la fonction militaire, j'entends simplement rappeler qu'il n'y a pas que la Défense qui supporte des efforts mais toutes les administrations de l'Etat.

      Supprimer
  23. J'ai une question de base : La France a-t-elle vocation d'assurer toute seule les opérations militaires au Mali (pays 4 fois plus grand que la France) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir.
      Question intéressante.
      Le problème est une fois de plus le politique comme toujours quand il s'agit de l'Armée.
      Si le politique estime que la France à vocation à jouer les gendarmes en Afrique et ailleurs, alors qu'il soit cohérent et s'en donne les moyens.
      Jerhek

      Supprimer
  24. Mon colonel,

    Bonsoir, je ne crois pas avoir vu cette tentative d'analyse dans les autres commentaires alors je me permets de la commettre :

    L'action de Jean-Yves Le Drian comme ministre de la Défense demeure positif sur un ensemble de points. Il a réussi à faire prendre des risques au Président et au Premier ministre en insérant dans les lois de finances un calcul insincère. Vous le relevez vous-même si bien : 450 millions pour les OPEX alors que la moyenne habituellement constatée est de 50 à 100% plus haute depuis une dizaine d'années.

    Si j'ai une assez bonne mémoire de la manœuvre, il s'agissait alors, ni plus ni moins, que de forcer la main des autres ministères afin qu'il reverse l'obole de chaque placée dans la caisse de réserve inter-ministérielle (une partie des crédits de chaque ministère est ainsi placée au début de chaque loi de finances).

    Le différentiel est alors apporté par l'ensemble des ministères et la Défense prenait à sa charge, environ, 15-20% de la somme placée dans la caisse interministérielle de réserve. Sans compter les 450 millions déjà assumés par la Défense, c'est-à-dire que BB (Brienne-Balard) doit assumer quelque chose comme, environ, la moitié des dépenses d'OPEX.

    Avec la sortie du Président Macron contre le CEMA - il n'est pas certain que sa prose financière soit bien arrêtée puisqu'elle n'est pas évidente à comprendre, il semblerait que nous nous dirigerions - eu égard à l'arbitrage asséné au CEMA - à une intégration complète des OPEX dans le budget de la Défense. Si ce raisonnement était étayé par de nouveaux faits, alors la Défense bénéficierait, par exemple, pour le budget 2018, de 34 milliards d'euros dont 1,2 pour les OPEX. Le budget pour l'ancienne version ne serait que de l'ordre des 32,8 à 33,4 milliards (selon quelle est le volume habituellement financé par BB pour les OPEX).

    Bien cordialement,

    RépondreSupprimer
  25. Anonyme

    Il est plus que certain que tous les membres de l'U.E., Allemagne en tête, piaffent d'impatience pour nous rejoindre au Mali et toute la bande sahélienne. Mais nous sommes bien trop égoïste pour accéder à cet irrépressible désir... sic et resic.

    RépondreSupprimer
  26. Il y a ceux qui parlent et ceux qui agissent. À croire que notre président a choisi son camp. Il est peut être Jupiter, mais sans foudre....

    RépondreSupprimer
  27. pour nos dirigeants, la France n'est plus qu'une province. Ce n'est pas plus compliqué que ça.
    L'armée est un obstacle sur la voie de la construction européenne.

    RépondreSupprimer
  28. Moitié moins de ministres, députés, sénateurs, Co-présidents de Régions, suppression des voitures et logements de fonction (tout le monde paye : voiture, loyer, éclairage, eau, chauffage) des voyages ''d'études'' à l'étranger, de la flotte d'avions et hélicoptère ministériels, des gardes du corps etc. Bref : une réduction drastique des coûts du ''millefeuille'' Français... permettrait de ré équiper, entièrement et en matériel dernier cri, les 3 armées, la police et réduire la dette (ou en tout cas, payer les intérêts annuels, chaque année)
    Une étude récente prétendait avoir comparé les coûts des''millefeuille'' Allemagne/France : je n'en citerai pas le résultat, il est trop énorme pour être crédible aux yeux des ''sans dents''... mais pas impossible)

    Ajoutons y les milliard donnés à l'Afrique (par ex : 1,4 milliard E à la côte d'Ivoire pour finir de financer le métro d'Abidjan)les coûts de la CMU, des étrangers venant prendre leur retraite en France, les malades (graves) introduits chez nous (par une nouvelle maffia de ''passeurs'') opérés à grands frais + soins post opératoires etc. etc. la liste est loin d'être exhaustive !

    Le Général de Villiers, sachant (lui) exactement ce qu'il en est... avait quelques raisons de protester. Pour ce qui concerne l'affront public qu'il a subi (surtout, devant ses subordonnés) ce n'est plus de la maladresse mais une erreur impardonnable !

    RépondreSupprimer